Un expert en gaz de schiste contaminé par l’industrie

[lu sur Le Devoir] Professeur de l’Université du Texas, Charles “Chip” Groat avait rendu public en février dernier un rapport très favorable à l’exploitation des gaz de schiste, où il assurait notamment que les risques de contamination de l’eau n’étaient pas

par Sylvain Lapoix Le 31/07/2012

aucune réaction
facebook share mail email A+ A-

À propos de l'auteur

Journaliste politique engagé et un brin utopiste, j'ai couvert la campagne présidentielle pour Marianne2.fr avant de m'ouvrir à l'économie. Enquêteur augmenté sur OWNI depuis septembre 2010, je cherche la petite bête dans les domaines de l'énergie, de l'écologie et des partis politiques.


Sur le même sujet

[lu sur Le Devoir]

Professeur de l’Université du Texas, Charles “Chip” Groat avait rendu public en février dernier un rapport très favorable à l’exploitation des gaz de schiste, où il assurait notamment que les risques de contamination de l’eau n’étaient pas liés à la technique d’extraction (la fracturation hydraulique) au coeur des débats. Dans un rapport sur l’auteur de cette étude, l’ONG Public Accountability Initiative a révélé qu’il siégait au conseil d’administration d’une société exploitant ces hydrocarbures, Plains exploration & production, dont il détient pour 1,6 million de dollars de parts au capital. En mai dernier, la même organisation avait démonté un rapport produit par l’université de Buffalo, dont deux auteurs avaient réalisé des travaux rémunérés pour l’industrie et dont certaines éléments avaient été recopiés, sans retoucher une virgule, des publications d’un groupe de pression lié à l’industrie gazière.


L’ONG Public accountability initiative est une organisation à but non lucratif visant à exposer les conflits d’intérêt au sein de la société américaine. Son projet phare, LittleSis (pour “Little sister”, l’inverse de Big Brother), vise à établir une cartographie des réseaux d’influence liant les milieux du pouvoir et de l’économie aux Etats-Unis. Le projet prend la forme d’une base de données ouverte réunissant des informations disséminées sur Internet, dans les fichiers gouvernementaux et dans les médias. A l’heure où nous écrivons cet article, LittleSis revendique 422 209 connections établies entre 73 375 personnalités américaines et 25 038 organisations.